Grimmy & BD

Un site de BD qui ne manque pas de chien !

Bienvenue sur Grimmy & BD !

Zoom sur le storyboard d'une BD

Par Grimmy / Webmaster. Dernière modification le 14/09/2014.

Dans le cheminement de la création d'une bande dessinée, le storyboard est un élément essentiel puisqu'il vous permet de vous donner une idée de ce à quoi ressemblera votre album. C'est donc là que vous listez les idées utiles au récit et que vous procédez aux changements et corrections.

Bien évidemment, avant d'attaquer l'étape du storyboard, il vous faut avoir fini le scénario de votre histoire.

Définition technique

Le storyboard est généralement associé aux publicités ou au cinéma. Or, même dans la bande dessinée, son apport est essentiel. Il s'agit d'une version de taille réduite et moins élaborée de la planche finale. Les différentes cases et leur agencement dans la page sont présentés sur le papier. Tous les éléments de la planche tels que les personnages et leur silhouette sont brossés sans détail. Les bulles sont aussi placées, même si les dialogues ne sont pas forcément écrits.

infoLe storyboard est donc une étape charnière car il est à la fois l'aboutissement du scénario et le commencement du dessin. Par ailleurs, il permet de voir les éventuels déséquilibres (trop de bulles, enchaînements de cases non fluides...) et de les corriger.

Le storyboard : à quoi ça sert ?

Que tous ceux qui pensent que le storyboard est inutile sortent ! Pas de place aux fainéants ici ;-) ! Bon, voyons l'utilité de cette étape...

Le storyboard sert à synthétiser l'assemblage des différents éléments d'une bande dessinée tels que les personnages, las cases, les bulles, etc, pour voir si tout rentre dans la page. Il résume également l'histoire et planifie votre projet. On pourrait donc comparer le storyboard au plan d'une maison qui définit où sont situées les différentes pièces.

Grâce à cette étape, vous pouvez ainsi repérer de mauvais cadrages ou enchaînements de cases, corriger des erreurs d'orthographes ou trouver des effets plus efficaces. Bien évidemment, libre à vous de faire plusieurs versions pour comparer et améliorer le rendu !

Degrés de détail

Dans un storyboard, il existe trois façons différentes de poser sur le papier les formes dessinées, qui sont fonction des divers degrés de finition possibles :

  • Les thumbnails qui sont de simples esquisses. Les personnages sont, en général, dessinés sous forme de « bonhommes patates » ou « en fil de fer ». Ici, l''objectif est plutôt de distinguer le nombre de cases et leur agencement les unes par rapport aux autres. Généralement, les thumbnails sont entourés d'informations « hors-narration » (commentaires, notes et fléchages) afin d'expliquer ce qui se passe et vérifier que rien n'a été oublié.

  • Les breakdows qui sont des esquisses à peine plus élaborées que les thumbnails. Cependant, les informations « hors-narration » disparaissent. Ils visent à travailler le positionnement des décors, des personnages, des objets et des bulles. Les personnages sont « en fil de fer », mais certains détails (visages, gestes...) peuvent être plus travaillés s'ils sont considérés importants pour l'histoire.

  • Les layouts qui sont des esquisses plus poussées. Ils donnent des informations essentielles qui ne seront plus modifiées par la suite telles que la forme et la proportion de chacune des cases, la position des personnages, l'emplacement des bulles, les angles et les cadrages, etc. Globalement, les personnages sont posés de manière définitive, même si les détails ne sont pas précisés.